Le consultant ERP est souvent amené à assurer la gestion de projets (chef de projet)

Lanceurs d'alerte

Un lanceur d'alerte est d'abord quelqu'un qui possède des informations sur des activités illégales se produisant dans une organisation, entreprise, association, administration publique, unité de l'armée.

Julian AssangeLes lanceurs d'alerte peuvent être des employés, des fournisseurs, des chefs d'entreprise, des cadres, des clients, des fonctionnaires, des militaires ou toute personne prenant conscience d'activités illégales se déroulant dans leur environnement professionnel et souhaitant témoigner ou en informer le public.

L'un des lanceurs d'alerte les plus éminents des temps modernes reste Bradley Manning, le soldat de l'armée des États-Unis qui rendu public la vraie nature de la guerre en Irak et en Afghanistan et en a payé le prix avec une peine de prison militaire de 35 ans à Fort Leavenworth, Kansas. En tout 700 000 documents, vidéos, câbles diplomatiques et compte-rendus militaires remis à Julian Assange (photo) de WikiLeaks. Ce fut la plus grande fuite de documents classifiés de toute l'histoire américaine.

Les activités illégales et mensonges d'Etat dénoncés par les lanceurs d'alerte resteraient secrets sans des journalistes comme Julian Assange, Laura Poitras ou Glenn Greenwald pour les révéler. La presse mainstream répand contre ces journalistes indépendants des accusations fausses et diffamatoires.

Mise à jour 23 décembre 2019: Mensonges de la presse britannique
(✎ Source: Mensonges de la presse britannique)
Le Guardian a admis que ses journalistes L. Harding, S. Kirchgaessner et D. Collyns ont donné une "impression trompeuse aux lecteurs" dans les articles parus en 2018 sur un prétendu complot russe auquel aurait participé Assange. Ces articles sortaient complètement de l'éthique journalistique et ont contribué à faire qu'Assange se retrouve dans la prison de haute sécurité de Belmarsh. A lire ici (en anglais).

Suite à une mesure de clémence prise par l'ancien président US Barack Obama, Bradley Manning a été libéré le 17 mai 2017 après presque sept ans d'emprisonnement.

Surveillance généralisée sur Internet

Les entreprises de technologies détiennent beaucoup d'informations numériques sur chacun d'entre nous. Les Etats obtiennent de ces entreprises les informations qu'ils souhaitent sur les utilisateurs, mettant ainsi en place une surveillance généralisée sur Internet et espionnant la population.

Espionnage sur les réseaux sociauxAux États-Unis il s'agit de PRISM (Planning Tool for Resource Integration, Synchronization, and Management) dont l'existence a été révélée au monde en juin 2013 par Edward Snowden. De quoi s'agit-il et comment tout cela nous affecte-t-il?

Cette page rassemble des liens intéressants concernant la surveillance généralisée que les gouvernements ont mis en place avec l'aide des grandes entreprises (GAFAM c'est-à-dire Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). La surveillance des données privées sur le Web c'est vraiment « 1984 ».

Il existe une controverse sur les logiciels libres. Certains les estiment sans garantie et plein de failles de sécurité et de backdoors, d'où le conseil d'investir pour son SI dans des solutions propriétaires offrant une garantie (permettant de se retourner contre la SSII qui a crée et implémenté le logiciel) alors qu'avec un logiciel libre on peut se retrouver prisonnier d'un système sans interlocuteur.

Comme consultant ERP je connais des personnes dont la sécurité informatique est le métier, et de fait le sujet est épineux. Il reste que c'est Linux qui fait tourner l'Internet mondial, ce n'est pas par idéologie, mais par pragmatisme. En soi c'est déjà une victoire.

Wikileaks

Edward Snowden, Chelsea Manning et autres lanceurs d'alerte n'existeraient pas sans des journalistes prêts à relayer sur Internet les informations confidentielles d'intérêt public dont ils sont la source. A ce titre une mention particulière revient à Julian Assange et à son destin. La publication des 250 000 câbles diplomatiques américains en 2010 et la diffusion des 500.000 War logs (documents classés secret défense) sur les guerres d'Afghanistan et d'Irak lui font risquer la peine de mort aux Etats-Unis.

WikileaksParce qu'il est le fondateur de Wikileaks, Julian Assange se voit refuser des droits humains et légaux fondamentaux. Il n'a commis aucun crime mais est resté emprisonné à l'ambassade équatorienne à Londres depuis juin 2012. Il y a eu toute sorte d'allégations de la Suède le concernant, mais il n'y a jamais eu de charges reconnues contre lui, et soudain tout a été abandonné le 19 mai 2017.

Suite à cela il aurait dû être libéré, c'est alors que les Etats-Unis l'ont accusé de trahison (comment un Australien pourrait-il « trahir » les Etats-Unis?). Les politiciens américains et les médias outre-Atlantique ont dit qu'il était un espion et un terroriste, alors qu'il a révélé leurs mensonges.

Cela ressemble fort à une mise en scène orchestrée. Julian Assange risque d'être extradé vers les États-Unis, il y serait jugé par une juridiction d'exception (Espionage Act) datant de 1917, alors que c'est bien le gouvernement américain qui a commis des crimes au Moyen Orient et qui espionne de manière massive sa propre population avec la complicité des GAFAM. Si cela arrivait il ne faudra pas parler d'extradition, le mot exact serait kidnapping.

Rappelons que si le président équatorien Rafael Correa avait accordé sa protection au fondateur de WikiLeaks pour narguer Washington, il n'en est pas de même pour son successeur Lenín Moreno, qui a coupé l'accès d'Assange à Internet en mars 2018 et lui a interdit les appels téléphoniques et les visiteurs, en dehors de membres de son équipe juridique tels que Jennifer Robinson ou son médecin Sondra Crosby. Entre 2012 et 2019 Assange a dû vivre dans l'ambassade d'Equateur dans une pièce sans lumière naturelle, seulement de la lumière artificielle.

En avril 2019 Lenín Moreno déchoit Assange de la nationalité équatorienne et met fin à son droit d'asile. La police britannique est autorisée à pénétrer dans l'enceinte de l'ambassade et Assange est arrêté (11 avril) avec le risque d'une possible extradition vers les États-Unis. Le 23 mai il est inculpé d'espionnage par la justice américaine. A partir du 24 février 2020 la justice britannique doit examiner la demande d'extradition faite par les Etats-Unis.

La disparition mystérieuse de Arjen Kamphuis, co-fondateur de WikiLeaks

Autour de la question des lanceurs d'alerte, il faut signaler les fortes pressions exercées sur les journalistes, militants et spécialistes en cybersécurité appartenant à Wikileaks.

On pourrait parler ainsi de la disparition mystérieuse d’un co-fondateur de WikiLeaks en 2018. Dimanche 2 septembre 2018 la police norvégienne a indiqué avoir ouvert une enquête sur la disparition d’un co-fondateur de WikiLeaks et associé de Julian Assange, le néerlandais Arjen Kamphuis, un expert en cyber sécurité vu pour la dernière fois le 20 août quittant son hôtel de Bodo, dans le nord de la Norvège.

La police a déclaré n'avoir aucune idée du lieu où il peut se trouver. Cet expert en informatique néerlandais de 46 ans, auteur du livre La Sécurité de l’information pour les journalistes, a disparu dans de mystérieuses conditions et depuis ses amis s’activent pour le retrouver.

Le film « Risk »

Pour en savoir plus sur le parcours de Julian Assange fondateur de WikiLeaks, voir « Risk », le documentaire sur Julian Assange filmé par Laura Poitras.

En guise de conclusion

On lit parfois que les lanceurs d'alerte sont des personnes égocentriques, c'est ainsi que Julian Assange est souvent décris. Il ne faut pas prendre certains cas pour une généralité! Aaron Schwartz qui s'est suicidé, Chelsea Manning qui a fait 7 ans de prison et Edward Snowden exilé à Moscou au lieu d'être bien au chaud avec 200 000$ par an, on doit pas avoir la même définition de l'égo.

Voici quelques liens sur le thème des lanceurs d'alerte:

Ce qui m'intéresse personnellement dans le dossier des lanceurs d'alerte, c'est la dimension internationale et diplomatique, plus que les dénonciations de pratiques douteuses dans les multinationales, les paradis fiscaux et les sociétés cotées en bourse. Voir aussi la question de la surveillance généralisée sur Internet.

Cependant pour être complet, je rappelle que concernant la France, la loi n°2016-691 du 9 décembre 2016 (dite Loi Sapin II) confère une protection aux lanceurs d’alerte contre les sanctions disciplinaires en entreprise. Ce statut juridique des lanceurs d’alerte n'est pas rétroactif.

Ces sujets vous intéressent aussi? Alors qu'est-ce que vous attendez pour me contacter? 😃

Michel Campillo Michel Campillo, consultant d'entreprise
Logiciels de Gestion
06 89 56 58 18   
contact par email

>>>
Chat


🎯 Autres options: l'actualité informatique, ma newsletter, un logiciel de gestion BTP, voir le plan du site

Copyright © 2004-2020 Michel Campillo, tous droits réservés

eXTReMe Tracker