Le consultant ERP fait remonter les demandes d'évolutions auprès du développement

Les réseaux sociaux

Je pars du principe qu'un réseau social n'a de social que le mot. La croyance selon laquelle on découvre de nouvelles personnes ou centres d'intérêts est à mon sens fausse. Par le phénomène de sélection (blocage, mute...) chacun reproduit en fait une TL qui lui correspond déjà.

Mastodon, le meilleur des réseaux sociauxDonc de fait, les gens partageant les mêmes centres d'intérêts tournent en vase clos. Le côté altruiste, humain, c'est pour occuper les bobos utopistes.

Tout a été dit sur l'usage que les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram ou Snapchat) font de nos données: ils se les approprient pour générer du chiffre d’affaires via la publicité et participent de la surveillance généralisée dont nous sommes l'objet sur le Net.

Depuis le 10 avril je suis sur Mastodon, un logiciel libre et décentralisé sur lequel est en train de se contruire une plateforme qui répond à l’ensemble de nos besoins de réseautage social aussi bien dans les sphères privées que dans les sphères professionnelles.

Sur Mastodon, la marche à suivre pour importer un fichier de comptes à bloquer:
- "Modifier le profil" (sous ton pseudo)
- Onglet "Import de données"
- Sélectionner le type "Liste... bloqués-ées"
- "Parcourir" -> choisir le fichier blocks.csv téléchargé
- "Importer"

Modération sur Mastodon

Sur Mastodon chaque instance définit ses règles et son degré de modération. Au sein de la fédération Mastodon il revient à chaque instance de définir l’étendue des interactions qu'elle souhaite entretenir avec les autres instances. On peut créer des instances thématiques qui remplaceraient les groupes Facebook. Quant à Twitter, Mastodon représente une alternative crédible. Pour autant tout n'est pas tout rose...

En effet que se passe-t-il lorsque les utilisateurs font confiance à l'administrateur d'une instance pour leurs données personnelles (DM principalement), et que l'administrateur, parce que l'instance se développe trop rapidement ou qu'il ne sait pas faire autrement, utilise des services cloud centralisés tels que AWS, cloudflare, etc donc des serveurs relevant de la juridiction américaine?

Autre problème auquel les utilisateurs de Mastodon n'échapperont pas: chaque administrateur d'instance est libre de définir ses propres règles. C'est comme sur un forum: c’est le taulier qui décide de ce que vous avez le droit de dire ou non. Si cela ne vous plaît pas, libre à vous d'exporter le fichier des comptes que vous suivez, et les réimporter depuis une autre instance que vous jugerez plus libre.

Rappelons aux administrateurs d'instance que la LCEN impose aux hébergeurs de retirer tout contenu *manifestement illégal* (avec une liste de cas précis où ça l'est, voir jurisprudence) si ces contenus *ont été signalés* (l'hébergeur n'a pas obligation de tout lire). Donc à prévoir sur leur kanban, quelques heures pour vérifier les signalements et y donner éventuellement suite. Ce ne sera pas du goût de tous.

L'arbitraire change de niveau: de celui des cours de justice américaines qui réglementent ce qui se dit sur Twitter par exemple, on passe à l'arbitraire du simple administrateur d'instance qui fait ce qu'il veut 'chez lui'. Est-ce mieux? Sûrement pas. Au niveau de la sécurité des données, les risques sont différents: Twitter envoie vos données aux régies publicitaires et à la NSA, tandis qu'un admin Mastodon fera du revenge porn avec vos DM si vous vous fâchez avec lui. :)

En tout cas étant inscrit sur l'instance mastodon.technology, je suis le profil de Ash Furrow qui en est l'administrateur pour voir comment il applique sa politique de modération. On verra bien.

Vers des instances à thème?

Mastodon permet de lire sur le fil public (local ou global) des pouets venant de personnes totalement inconnues. Contrairement à la TL de Twitter, sur laquelle on ne trouve que des personnes qu'on suit (sauf à aller sur les tags). Mastondon expose donc chacun à lire les potentiels délires d'autres utilisateurs.

Je pense qu'on ira peu à peu vers des instances à thème (IT, politique, open-source, voyage, musique...), et même que les mastonautes seront sur plusieurs instances en fonction de leur humeur du moment. Avec des comptes Mastodon sur des instances où l'on intervient officiellement, et d'autres comptes beaucoup plus anonymes pour se lâcher.

Own your content and make cross-posting.

Je regrette que la majorité des personnes ne publient plus que sur Twitter, Facebook ou Youtube. En plus ils ont tendance à y rester (il est vrai que les plateformes en question font tout ce qu'elles peuvent pour). Il devient d’autant plus difficile d’avoir des visites sur un site web personnel, à cause de cet effet « réseau social ».

L'argument principal de ceux qui ont déserté les sites indépendants au profit des plateformes sociales, c'est que leurs contenus en deviennent plus « visible » (on peut toucher des milliers de personnes, liker, partager, retweeter, s’échanger des messages inbox etc.) Mais les grandes plateformes de réseaux sociaux sont devenues des monopoles, précisément parce que les internautes vont y déposer leurs contenus!

C'est nous tous qui avons donné à ces plateformes cette « importance ». Après ça évidemment, on constate que Google oriente de plus en plus les visiteurs vers les réseaux sociaux plutôt que vers les sites web indépendants. Personnellement je poste 90% de mes contenus sur mon site, et même si michelcampillo.info ne reçoit pas énormément de visites j’ai au moins la satisfaction de maîtriser ce qui s’y passe.

Bref gardez le contrôle de vos contenus et fuyez comme la peste les gens qui disent "Surtout ne perdez pas de temps à rédiger du contenu sur votre site. C’est hasbeen." Oui on trouve ce discours chez certains prestataires en gestion de communautés, vous me direz: ils prêchent pour leur paroisse. Certes.

Mes aventures à Barbuland

Un ami m'a dit: Michel que vas-tu faire à Barbuland, autrement dit chez les libristes? Une communauté souvent considérée comme intolérante, renfermée sur elle-même et détestant tout ce qui n'est pas open-source? Et qui a réussi, par ses comportements, à faire échouer certains de ses propres projets comme Diaspora* et GNU Social?

Ce à quoi je réponds, tout d'abord qu'il n'y a pas que des barbus chez les libristes, que les communautés open-source ne sont pas toutes insuportables, et concernant Mastodon justement, pour cesser de dégoûter les utilisateurs lambda qui pourraient préférer Mastodon plutôt que Twitter ou Facebook dans leur vie de tous les jours, il faut que les divulgateurs de ce nouveau clone de Twitter ne soient pas uniquement des libristes.

Comment éviter de retomber dans les micro-communautés comme il en existe déjà sur Diaspora*? Je n'ai rien contre ces groupes fermés d'utilisteurs, mais si l'on veut reprendre la main sur nos données c'est pas la solution. Plus les utilisateurs de Mastodon sont variés plus ça a de chance de marcher dans le grand-public. Allez les barbus, un petit effort d'ouverture au monde!

Ces sujets vous intéressent aussi? Alors qu'est-ce que vous attendez pour me contacter? 😃

Comment Form is loading comments...

Michel Campillo Michel Campillo, consultant d'entreprise
Logiciels de Gestion
06 89 56 58 18   
contact par email

>>>
Chat


🎯 Autres options: l'actualité du BTP, ma newsletter, choisir un logiciel de gestion BTP, voir le plan du site.

Copyright © 2018 Michel Campillo, tous droits réservés

eXTReMe Tracker