L'assistance opérationnelle auprès des utilisateurs est une mission du consultant ERP

SSII vs client final, avantages et inconvénients

Drôle de titre, me direz-vous ! J'ai entendu de tout sur les SSII ou au moins sur les pires SSII, allant du terme « vendeurs de viande » ou « le produit c'est toi », « ils ne pensent qu'à leurs commissions »… C'est pas toujours très rose. Essayons maintenant de dépeindre un tableau tout autre, un tableau où c'est le consultant, le maître du jeu, le maître de son avenir.

SSII, avantages et inconvénients
Travailler en SSII, les avantages et les inconvénients

Commençons par le commencement. Le parcours normal après un diplôme Bac +5 et idéal d'après la majorité des personnes travaillant dans l'informatique de gestion est de se faire embaucher directement chez un client final. On entend des « Waou, t'as de la chance, mais comment t'as fait ? ».

Commencer sa carrière par une SSII

Et le deuxième type de parcours est de passer par une SSII, de commencer par une SSII comme on dit, bref suivre tout le processus de recrutement en SSII. Sauf que pour certains, ce passage dure longtemps, très longtemps. J'ai même rencontré quelques personnes qui ont fait toute leur carrière dans une SSII. Et j'en reste admiratif, je vous explique pourquoi.

Au début quand vous êtes pris en charge dans une SSII, vous êtes très souvent encadré, coaché, suivi, ensuite cela diffère. C'est différent selon les SSII mais aussi suivant la personnalité du consultant. Je m'explique.

Je me suis un peu égaré, revenons au titre de cet article : « Avantages et inconvénients des SSII vs client final »... Justement quel est l'avantage d'être en SSII et pour qui ?

L'avantage d'être en SSII c'est la possibilité d'expérimenter tout type de technos, tout type de langages, tout type de domaines fonctionnels, tout type de postes… On peut passer de consultant formateur à chef de projet métiers, de développeur à chef de projet technique ou encore d'expert technique à architecte technique, de testeur fonctionnel à chef de projet fonctionnel, etc… On voit de tout ! Et c'est tant mieux !

Pour tirer son épingle du jeu, il faut être maître de sa carrière

Vous ne vous voyez pas consultant Microsoft Dynamics ou BI, dans ce cas pourquoi s'obstiner à faire des missions sur de l'ERP comme Microsoft Dynamics NAV (Navision). Ce que je veux dire par là, c'est que vous pouvez bien sûr effectuer une mission, pour dépanner, pour tester, pour voir si vous aimez mais s'il s'avère que ce n'est pas le cas, arrêtez ! Oui arrêtez de vous torturer à faire du Microsoft ! Si vous avez l'opportunité de travailler comme consultant intégrateur d'un ERP sur mesure, n'hésitez pas. Bon, je mets le mode troll en off avec Microsoft Dynamics ☺.

Dès le début de votre carrière en SSII ou même après, discutez, faîtes du networking, voyez comment ont progressé vos collègues, par quelles étapes sont-ils passés, quelles épreuves ont-ils dû surmonter? J'ai toujours aimé discuter avec mes collègues chefs de projets techniques, architectes techniques, managers, ou encore DBA. Et c'est à ce moment-là que l'on comprend les facettes de leurs métiers respectifs, qu'on peut cerner les qualités à avoir pour mener à bien ces différentes missions au delà de l'accompagnement au choix sur les ERP, ou encore les formations à faire pour arriver sur ces postes.

Découvrez ce que les autres consultants font

En résumé, ne restez pas dans votre coin, ouvrez-vous aux autres et découvrez ce que les autres font. C'est dans cette optique que vous pourrez véritablement piloter votre carrière en faisant les bons choix. Un domaine fonctionnel (le BTP, la finance, les assurances, le public, …) vous tente moins, ne forcez pas et déclinez l'offre de mission. Une techno vous rend malade, choisissez-en une autre à la place. Le tout est d'avoir le choix, me direz-vous. Si on revient à ce que j'ai dit plus haut, on peut toujours se rabattre vers « la mission la moins pire, en attendant » pour éviter la mission pourrie que le commercial vous propose.

On voit souvent les consultants les plus jeunes travailler en SSII, car avec une famille ou lorsqu'on devient propriétaire de son logement être envoyé l'autre bout de la France pour une mission longue n'est pas top… Idéalement il faut avoir une mission choisie par nous-même et non orientée par la SSII pour des raisons économiques, car notre carrière elle nous suit et une SSII non. Et tomber sur The Mission, c’est un peu un coup de chance. Le consultant est interchangeable y compris chez les clients: les clients ne laissent que rarement tout au prestataire, car ils savent qu'ils sont présents temporairement.

Cependant même sur un poste final, cela n'empêche pas de se remettre en question si l'on ne progresse plus et savoir partir vers un autre poste y compris extérieur. Mais on est plus à l'abri géographiquement qu'en SSII où chaque nouvelle mission est source de mobilité professionnelle géographique. Donc où que vous puissiez être, oubliez les certitudes et les plans sur 20 ans, aujourd'hui, il faut apprendre, apprendre et se remettre en question.

Le travail au quotidien doit être vu chaque jour comme un défi dans votre vie professionnelle. Le salaire n'est pas tout, le contenu est parfois crutial et le plus intéressant n'est pas forcément le mieux payé ! Dans une optique SSII vs client final on peut se sentir les vrais acteurs chez un client final, contrairement à une SSII qui imposera la mission si nécessaire car l'intercontrat est couteux. Le milieu impitoyable de la prestation informatique peut faire trop de dégâts sur les juniors qui n’ont pas « les épaules ».

Concernant le phénomène de burn-out en SSII, il existe. C'est pourquoi je ne pourrais décemment pas conseiller à mes amis (lorsqu’ils ont le choix) de se jeter dans la gueule du loup et travailler pour une SSII de plus de 50 personnes. Car d'expérience les entreprises plus petites qui n’ont pas atteint la taille critique se comportent mieux par nécessité. Mais la variété des expériences en début de carrière est un bel avantage aussi.

Qu’elle soit bonne ou mauvaise, l’expérience acquise en SSII est irremplaçable

Par rapport à mon expérience personnelle il y a une difference entre les SSII de conseil plutôt peuplées de Bac+5 où l’on demande souvent aux consultants et chefs de projet de s'engager au-delà de leurs missions et les SSII de techniciens qui sont plus orientées sur des mission de run encadrées par des responsables/commerciaux et où le technicien est exécutant et se fait balancer sur des missions pour lesquelles il n’a pas forcement la compétence. Dans ces deux types de SSII les individus ne gèrent pas leurs carrières de la même manière il me semble.

Il est facile de comprendre que pour remporter un marché les SSII ont tendance à sous-estimer le nombre de jours/homme ainsi que d’aligner des TJM de junior low cost…. A ce régime, bien des consultants ne rêvent que de finir chez un client ou comme professional services chez un éditeur. Ceux qui n'ont pas cette opportunité finissent très souvent par changer de SSII (le monde est petit, on rencontre très souvent les mêmes mais avec des cartes de visite différentes).

Il faut aussi prendre en compte le fait que la plupart du temps le changement de SSII s'accompagne d’une augmentation de salaire et/ou d’un changement de position professionnelle.

Je connais quelqu'un dont l'entreprise s’est fait racheter par une SSII. Selon lui depuis, l’ambiance est plus que morose… Le turn over a été multiplié par 2 (si ce n’est plus), les augmentation sont devenues la Loterie nationale… Certains piliers techniques (10-20 ans de boîte) sont partis ou sur le départ, car la vision de carrière est morte depuis le rachat. Bref être dans une boite avec un politique assez familiale et se faire racheter par une SSII pour perdre toute l’ambiance qui existait, c’est rageant.

En conclusion, vous pouvez faire carriere en SSII et la réussir, le tout est d'avoir les bons réflexes dès le départ pour piloter et gérer sa carrière. Discutez, découvrez de nouveaux horizons et choisissez en conséquence ! En tout cas cela a fonctionné pour beaucoup de consultants intégrateurs qui ont passé de 10 à 12 ans en SSII et qui s'y sont bien plus. Il y a des hauts et des bas bien sûr mais le tout est d'être acteur de sa carrière et non pas se laisser porter par le courant.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Avantage ou inconvénient d'être en SSII par rapport au client final? Postez vos comm' !

➽ Sur ce blog je m'intéresse aussi aux SSII (pas les pires), aux avantages des ERP, aux astuces pour Outlook 2016, à Gérald Karsenti, aux intégrateurs Microsoft Dynamics, aux risques liés à l'implantation d'un ERP, aux leçons à tirer d'un projet ERP réussi et à bien d'autres sujets similaires.

Aix en Provence, le 19 novembre 2017

Facebook Twitter Google LinkedIn

Merci de vos partages!

Comment Form is loading comments...

Michel Campillo Michel Campillo, consultant d'entreprise
Logiciels de Gestion
06 89 56 58 18   
contact par email

>>>
Chat


🎯 Autres options: l'actualité du BTP, ma newsletter, choisir un logiciel de gestion BTP, voir le plan du site.

Copyright © 2018 Michel Campillo, tous droits réservés

eXTReMe Tracker